Menu

Andrea Cavagnaro

Tout amour est puissant

5 mai 2008 - 23 mai 2008

Andrea Cavagnaro
Tout amour est puissant / All love is powerful / Todo amor es poderoso
(intervention)
à la Mission communautaire Mile-End
au 99, rue Bernard Ouest, Montréal

création: du 5 au 23 mai 2008
vernissage à la Mission: vendredi 23 mai de 16h à 20h
(la Mission accepte des dons en nourriture non-périssable)
après-vernissage
au parc sans nom: le 23 mai de 20h à 23h
fin du projet: le 30 juin

en collaboration avec la Mission communautaire Mile-End et Augusta Capital

lire le rapport d’activité de Jean-Philippe Luckhurst-Cartier

Du 5 au 23 mai 2008, l’artiste Andrea Cavagnaro réalisera une intervention avec la Mission communautaire Mile-End dans le cadre de la programmation de DARE-DARE. L’intervention Tout amour est puissant vise à mettre en rapport l’extérieur du bâtiment avec les locaux de la Mission. Avec l’aide de cette dernière, et par l’utilisation de divers matériaux, l’intervention viendra transformer, voire envelopper, la façade extérieure du bâtiment, tout en proposant une nouvelle lecture de l’intérieur des locaux.

En empruntant une esthétique kitsch, Cavagnaro tentera de rendre floues les distinctions entre l’espace privé et l’espace public. Avec des objets tels nappes de table et rideaux en plastiques aux motifs fleuris, elle viendra transformer l’allure symbolique de la Mission, moins dans une transformation de la façade que dans une interférence sur la vie quotidienne et les rapports de force qui peuvent y cohabiter.

Certains projets de Cavagnaro visent à attirer l’attention du public sur des questions pressantes, comme la fragmentation des espaces publics dans des villes d’Amérique du Sud, telles São Paulo. Les espaces dits publics ne sont dans les faits ni publics, ni privés. L’ambigüité règne, car les espaces publics semblent être la propriété de certaines personnes qui les prêtent comme bon leur semble à voisins et piétons.

«Je pense à ces petits gestes inconséquents qui changent de la stabilité conventionnelle. Ces gestes deviennent très utiles: ils apportent l’art dans la vie privée des gens, de façon anodine, voire silencieuse. Le public ne sait pas que ce qui se produit se nomme “art”. Ces gestes tendent à révéler – profondément et même subversivement – ce qu’essaye de cacher le statu quo: tout peut changer, rien n’est en péril, et rien de mal ne peut se produire. Ces gestes créent de la différence et font fluctuer l’intimité dans ce qui constitue le quotidien le plus ennuyeux. Les possibilités de modifier le plus privé des espaces domestiques émergent: ces gestes interrogent et ré-évaluent le monde.»

Après des études en design industriel, Andrea Cavagnaro (Argentine) réalise des interventions publiques, dans lesquelles elle parasite ou ajoute à des structures ou du mobilier existant. Elle est intervenue dans une boulangerie et son fonctionnement pour célébrer le passé anarchiste de l’union des boulangers à la fin du XIXe siècle en Argentine; elle a réalisé de multiples interventions publiques en façade d’habitations et de commerces; elle a improvisé du mobilier urbain dans certains endroits délaissés de la ville de Buenos Aires. Les matériaux de prédilection de l’artiste: peinture, fourrure artificielle, textiles, vinyle et plastique, fleurs en styromousse, parfum, nappes de table, tricot, résilles, etc. andreacavagnaro.blogspot.com

La Mission communautaire Mile-End est un organisme sans but lucratif, géré par des bénévoles qui travaillent de concert avec les membres de la communauté vivant en marge de la société. Fondée en 1991, elle tente de créer une atmosphère chaleureuse et un sentiment de sécurité dans la communauté et de répondre aux besoins pratiques, psychologiques et spirituels des gens à faible revenu du Mile-End.

merci: Joanne Racette, Marie-Claire Genest, Linda Shinder, Frédéric Chabot, Pascaline Knight, Paméla Morin, Stéphane, Audrey, Bartek Borowinski, tio Marco, Nadège Forget, Anne Boucard, Antelme, Jean-Philippe Luckhurst-Cartier, Freddy, Roslyn Macgregor, Lori Olson, Militsa Adamu, Connie Olson, Doug Scholes, Valérie Perron, Julie Châteauvert, Jean-Pierre Caissie.

•••••

Andrea Cavagnaro
vous invite à venir partager un repas communautaire avec elle au parc sans nom
remis au dimanche 1er juin à partir de 17h
Après une visite à la Mission Communautaire Mile End pour voir son installation Tout amour est puissant, vous êtes invité.es à venir découvrir ses oeuvres antérieures et à échanger avec elle. Apportez un plat à partager - pot-luck (beau temps / mauvais temps)

 

Un retour sur : Andrea Cavagnaro - Tout amour est puissant

Andrea Cavagnaro
un retour sur :  Tout amour est puissant

(intervention)

L’intervention a été réalisée du 5 au 23 mai 2008 à la Mission communautaire Mile-End au    99, rue Bernard Ouest. L’intervention est toujours en place.

Nappe de table et motif de fruits comme tissus d’habillement immobilier; esthétisme kitsch, mais aussi relationnel : Tout amour est puissant d’Andrea Cavagnaro cherche à problématiser la dichotomie entre l’espace public et privé tout en incitant à une réflexion quotidienne sur l’échange et le partage, sur l’excès et la carence.

Échelonnée du 5 au 23 mai 2008, l’œuvre a pris forme dans un travail progressif nécessitant de la part de l’artiste une minutie propre aux techniques du design vestimentaire. Dans un processus nécessitant des observations, des calculs, des consultations avec le Service de prévention des incendies ainsi que des ajustements aux intempéries, l’intervention en est venue à terme après avoir recouvert la façade de la Mission communautaire du Mile-End avec de la nappe de table. Telle une névrosée, explique-t-elle métaphoriquement, il s’agit d’abord d’annoter les moindres détails dans un petit carnet, ainsi que différentes réflexions qui en découlent. C’est ainsi que, ruban à mesurer au cou, elle se penche sur le médium de la nappe de table en vinyle afin de lui donner une coupe sur mesure. Bien entendu, chaque pièce nécessite son propre patron.

Autodidacte et formée par un passage à l’université de Buenos Aires en design industriel, Cavagnaro a travaillé dans l’industrie de la mode et du cinéma. Elle s’est d’ailleurs approprié les instruments et les procédés propres à ces disciplines pour mettre en œuvre dans des villes d’Amérique du Sud des interventions publiques utilisant divers tissus et textiles. En 2002, appelée par l’assemblée du quartier Palermo de Buenos Aires, elle a sortie sa pratique du contexte de galerie afin de redéfinir l’environnement social de l’après crise socio-économique en Argentine. L’esthétisme et les matériaux adoptés cherchent, depuis lors, à déstabiliser, voire détourner, l’imagerie urbaine du quotidien. Cavagnaro affirme que l’image est la clé à la subjectivité des individus et qu’en modifiant les habitudes visuelles, les réactions s’avèrent multiples et spontanées. Ses œuvres font appel à l’intimité de quiconque les aborde, tout en problématisant les questions d’ordre social et politique.

À propos de l’art public, l’artiste soutient l’idée qu’il s’agit d’un art qui pose un paradigme différent, une approche divergente du concept d’exposition tout en proposant une relation distincte entre les créateurs et la communauté. Décidément, si l’on retient les mots de Nicolas Bourriaud, « l’art est un état de rencontre1 ». Ainsi, lorsque Cavagnaro réalise Tout amour est puissant, en collaboration avec la Mission communautaire du Mile-End, le contexte dépasse la simple fonction de canevas. L’œuvre interpelle d’abord les passants et le public en aguichant l’œil. En général, on aime. On sourit, on regarde longtemps et on en parle. Une dame du quartier avoue même n’avoir jamais remarqué le lieu avant l’intervention. Cela permet de réfléchir non seulement sur nos habitudes visuelles, mais aussi sur l’environnement même de l’œuvre et de la Mission. Celle-ci est maintenant couverte de motifs de fruits aux teintes variant entre l’orangé, le brun et le vert, rappelant, entre autres rôles, celui de procurer de la nourriture à ceux dans le besoin tout en créant un lieu de rencontre quotidienne, comme le fait la table à manger. L’intérieur abrite également une production artistique reliée à l’œuvre comme des tables recouvertes des mêmes motifs qu’à l’extérieur ainsi que certains collages de matériaux similaires épelant des mots qui rappellent les caractéristiques de l’interaction.

En abordant la réflexion sur le contexte, on notera alors l’énergie positive que l’on retrouve au sein de l’organisme. La relation générée par l’amour de son prochain relie les intervenants bénévoles aux différents citoyens qui font appel à leurs services et se reflète dans l’amour du partage et de l’échange. Tel un potlatch chez les Premières nations, l’environnement direct de la Mission est, grâce à l’amour, dynamiquement puissant dans la mesure où le troc et les services sont produits en échange ouvert. Cependant, le sens de la phrase où « tout amour est puissant » contient également un propos politique dans la mesure où l’existence de la Mission évoque en elle-même les inégalités qui subsistent dans le monde du capitalisme.

En somme, l’œuvre de Cavagnaro s’inscrit dans un rapport quotidien avec les passants et rappelle aussi les mots de Marie Fraser où «être mobile [être passant] instituerait donc aujourd’hui un autre rapport aux territoires de l’art, jouant subtilement à déplacer les frontières entre lieu et non-lieu.2 »

Jean-Philippe Luckhurst-Cartier, mai 2008

1 Nicolas Bourriaud, Esthétique relationnelle, Dijon, Presses du réel, coll. Document sur l’art, 2001, p.18.

2  Marie Fraser, « Des lieux aux non-lieux – de la mobilité à l’immobilité », Lieux et non-lieux de l’art actuel, Montréal, Éditions Esse, 2005, p. 167.

Images supplémentaires


Projets antérieurs


29 avril 2008
proje(c)t(ion)s urbain(e)s Une soirée d’imagination, de projets et de visions urbains pour le viaduc Van Horne et ses environs Rosemontais.
5 février 2008
Andrée Anne Vien Les métropoles occidentales comme Montréal créent l’illusion d’un accès à toutes les cultures, notamment d’avoir «le monde dans son assiette».
29 novembre 2007
Artiste à emporter Projet collectif avec Felicity Tayler, Marc-Antoine K. Phaneuf, Frédéric Chabot, Myriam Bizier, Simon Brown, Gonzague Verdenal, Micheline Huot, Catherine Lescarbeau et Nadège Grebmeier Forget, Julie Favreau et Caroline Dubois.
5 novembre 2007
Caroline Dubois et Julie Favreau Caroline Dubois et Julie Favreau construiront divers décors et situations suggérant l'ouverture prochaine d'un commerce ou d'un plateau de tournage. Plan d'aménagement prend place dans un espace commercial vacant de la rue Beaubien, dans la Petite-Patrie.
25 octobre 2007
Artivistic 2007 [espaces in.occupés / un.occupied space] que veut dire autochtone? Par le biais de la performance et de l'humour, on lance un regard sur la projection de l'identité amérindienne en rapport avec le milieu économique et touristique.
20 octobre 2007
Eco-jardinage Interventions sur le site d'Émily Rose Michaud et de Catherine Beau-Ferron et des ateliers d'éco jardinage d'automne.