MENU

BERCER LE TEMPS

Sarah Dell’Ava, IIya Krouglikov et Wolfram Sander

2 septembre 2016 - 5 septembre 2016
Sous-événements :
8 mai 2016
SÉANCES d’ENREGISTREMENT de BERCEUSES
31 juillet 2016
SÉANCES d’ENREGISTREMENT de BERCEUSES
vendredi 2 septembre > 15h -  20h (vernissage à 18h)
samedi 3 septembre et dimanche 4 septembre > 14h - 18h
lundi 5 septembre >14h - 18h
(les séances seront annulées en cas de pluie)
BERCER LE TEMPS est une co·présentation de DARE-DARE et des Escales Improbables de Montréal. (également du 13 au 18 septembre au Parc des Faubourgs)


Venant du berceau perpétuellement balancé,
Je chante un souvenir,
Je chante un devenir.
(inspiré par Walt Whitman)

Douce immersion dans l’univers des berceuses, BERCER LE TEMPS invite à un voyage à bord d’une chaise berçante. Posée en pleine ville, l’installation accueille les visiteurs dans un espace-temps suspendu en contraste avec l’agitation urbaine. Pieds dans l’herbe, au rythme du balancement, chacun peut se laisser emporter par les échos de l’enfance à travers des chants du monde entier.

Rituel d’apaisement et de consolation, chant d’amour et de tendresse, la berceuse accueille, rassure et guide vers la nuit. Au seuil du sommeil, elle emprunte différentes formes, du chant ancestral à la chanson populaire, de la comptine au murmure incantatoire. La berceuse est  transmise en secret et souvent oubliée. Notre collection révèle ainsi des trésors aux couleurs du Montréal cosmopolite glanés dans toute la ville, puisant aux traditions québécoise, allemande, congolaise, française, japonaise, iranienne, iroquoise, russe, vénézuélienne, etc.

Pendant les heures d’ouverture de l’installation, chaque visiteur qui le souhaite pourra aussi participer à cette collecte de berceuses lors d’une courte séance d’enregistrement; un acte de partage qui livre au grand jour une précieuse intimité. Le chant est remis en circulation et nourrit une archive vivante, un véritable patrimoine collectif. Le souvenir se transforme en devenir.

 

* * *

Merci à ceux qui sont venus prêter leurs voix à cette archive : Alexis Emelianoff, Alexis Lafleur-Trudeau, Amandine Mourgues, Annie Pénélope Dussault, Caroline Gagnon, Catherine Lalonde Massecar, Danielle Arcand, Danielle Boileau, Dominic Sévigny, Gabrielle Desgagnés, Erik Bordeleau, Fabien Torres, Florence Blain Mbaye, Flurina Frenz Badel, Frédéric Leclerc, Galina Proutskykh, Geneviève Massé, Hannah Pfurtscheller, Hollis P. Monroe, Ildemaro Sanchez, Jérémie Sarbach, Jessie Mill, Julie Brand, Ilya Krouglikov, Irène Mayer, Isobel Cunnigham, Khosro Berahmandi, Kiliane Olivier, Lucy May, Magali Stoll, Marie-Louise Bibish Mumbu, Martine Garneau, Mary Lalonde, Maryline St-Sauveur, Maud Mazo-Rothenbühler, Milena Buziak, Nasim Lootij, Nika Stein, Normand Lavoie, Olga Plakhova, Paris Rajabian, Pauline Védie, Sachiko Sumi, Sarah Dell’Ava, Sarah Manya, Sylvain Cornuau, Sylvie Teste, Tatiana Krouglikova, Valérie Tremblay Blouin, Wolfram Sander, Zaccharie Hassoune.

 

logo_escales.jpg (image - 140 x 100 free)          logo_goethe.jpg (image - 140 x 100 free)         ville-marie-300.jpg (image - 140 x 100 free)

 

//////////////////////

biographies

Sarah Dell’Ava approche le corps de façon multidisciplinaire, à travers la danse, les arts visuels et le chant. Ses projets explorent la question de l'origine du mouvement, notamment avec Dans les plis (2012), Oriri (2013) et Orir (2016). En dialogue avec la communauté, ses recherches prennent forme par le biais de résidences, d’activités de médiation et d’ateliers avec des groupes inter-générationnels.

En 2016, Sarah  participe à des initiatives d'Emmanuel Jouthe (Écoute pour voir, Et si on dansait) et concocte avec Ilya Krouglikov une installation autour des berceuses, autant de propositions qui favorisent un art pour raviver les liens humains. Tout récemment, elle co-fonde l’Espace Oriri, un lieu dédié à l’expression spontanée pour petits et grands où la créativité fait le pont entre intériorité et relation. 

www.sarahdellava.org

===

Scientifique de formation et dramaturge de parcours, Ilya Krouglikov élabore son approche indisciplinée des arts vivants depuis 2009, lorsqu’il présente Toujours déjà tombé, objet scénique à cheval entre la recherche et la création porté par une distribution issue du théâtre, de la danse, de la musique et du cirque. Il approfondit sa pratique à travers de nombreux ateliers et accompagne divers processus de création, de la contorsion au théâtre physique et la performance.

Escrimeur d’expérience, il transporte l’engagement du corps dans le champ de la danse. En tant qu'interprète, Ilya fait incursion dans les univers des chorégraphes et artistes visuelles Sarah Dell’Ava (2011, 2013), Bettina Hoffmann (2013, 2016) et Pé Vermeersch (2015, Belgique). En tandem avec le chorégraphe Eduardo Ruiz Vergara, il crée le duo Yeux de Cérès présenté au MAI (Montréal, arts interculturels, 2014) et suivi d’un volet performatif développé en résidence à Mains d’Œuvres à Paris.

Toujours soucieux de brouiller les frontières entre fiction et réel, usant des modes d’expression qui conviennent à l’occasion, Ilya travaille désormais de pair avec Sarah Dell’Ava sur une installation in situ autour des berceuses du monde.

===

Après avoir complété une formation à l’école de menuiserie et de sculpture sur bois en Bavière, Wolfram Sander étudie les sciences théâtrales appliquées à l’Université de Gießen. Depuis 2007, il s’implique dans de nombreux projets artistiques à résonance internationale comme concepteur de son et de lumière, performeur, metteur en scène, musicien et directeur technique. En 2008, il travaille comme assistant d’Heiner Goebbels pour une pièce avec le célèbre Hilliard Ensemble. Il collabore également avec d’autres artistes et compagnies, notamment avec le collectif Rimini Protokoll, et participe à la conception de trois projets interactifs dans l’espace public.

Chanteur dévoué, Wolfram se produit dans plusieurs chorales dirigées par des chefs de renom (dont Kent Nagano et Eliahu Inba) à Berlin, Montréal, New York et Londres. Comme musicien et performeur, on le retrouve en 2016 dans le solo LIEBE mis en scène par Daniel Kötter au festival MärzMusik à Berlin. C’est sa troisième expérience en solo après ses propres créations SirenSongs(2008-10) et Wenn ich einmal groß bin… (2010), deux œuvres entre concert, performance et installation sonore.

Depuis 2012, une partie importante de son activité professionnelle est dédiée à la production, notamment à la Ruhrtriennale set au festival international Theaterformen à Hanovre et Brunswick

 


Projets antérieurs