MENU

Carl Trahan

«labêteélémentaire»

26 juin 2013 - 3 septembre 2013

Intention

Pour le volet Écritures Publiques, Carl Trahan a décidé de travailler avec des textes trouvés qui réfèrent à la masse et à la foule. Cette intention est motivée, entre autres, par l’emplacement du support proposé (au centre de la ville, aux abords d’une station de métro, devant un arrêt d’autobus achalandé, bref, un lieu de grande affluence). De plus, le type de citations qu'il utilise ici sont souvent appropriées à diverses fins (sur des affiches, des cartes, des posts sur Internet, etc), et leur sens peut parfois dévier — voire se diluer — selon le contexte dans lequel elles se retrouvent. Le contexte tend ici vers la promotion : en effet, les adjectifs et adverbes insérés au travers de ces citations sont tirés d’une liste énumérant les mots les plus fréquemment utilisés dans le monde de la publicité.

« En intégrant ces adjectifs et ces adverbes, une ambigüité est introduite dans le message original. Le choix d’omettre l’espacement et la ponctuation entre les mots répond au désir de créer une masse compacte de mots dont le sens individuel se perd un peu. La lecture en est rendue plus difficile, mais ceci pousse, je l'espère, à entamer une réflexion plus soutenue sur le sens des mots. Et si le passant ne prend pas le temps de déchiffrer le message, il peut toujours apprécier le tableau résultant du champ continu de lettres ! »

Chacun des textes est composé d’une citation (en minuscules) concernant la foule ou la masse, et d’adjectifs et adverbes (en majuscules) tirés du vocabulaire publicitaire.

Les citations sont de : Hannah Arendt, Jean Baudrillard, Monique Corriveau, Denys d’Halicarnasse, Jean Dutourd, Bernard Grasset, Jerzy Kosinski, Karl Marx, Friedrich Nietzsche, André Suares.


Démarche

Depuis quelques années, le travail de Carl Trahan concerne la traduction et sa transposition dans le domaine des arts visuels et aborde principalement l’espace situé entre l’allemand et le français. Le fait de ne jamais pouvoir obtenir un double parfait dans la traduction le conduit à réfléchir sur l’image et sa reproduction et, par le fait même, sur la part de création qu’implique cette technique de transcodage. Ses plus récentes recherches abordent le langage sous un angle plus historique, dans le contexte du Troisième Reich, par exemple.

Puisqu’il partage des similarités avec l’acte d’écrire, le dessin a été privilégié dans sa production récente pour représenter certaines notions liées au langage, mais il ne se limite pas à cette technique. En effet, le point de départ d’un nouveau projet consiste en un concept, il s’agit ensuite d’employer le médium le plus approprié pour le rendre visuellement.

carltrahan.com