MENU

La Chute : Corps poétique / corps politique

Projet d'échange et de coopération Bogota / Montréal

13 juillet 2004 - 20 novembre 2004
Sous-événements :
13 juillet 2004
La Chute : volet Montréal
20 octobre 2004
La Chute : volet Bogota

Le collectif We are not Speedy Gonzales reprend l'action de la chute en évoquant le mouvement: une mise en place d'une dynamique corporelle dans un espace. De cette manière, l'idée d'une irruption du corps individuel dans l'espace public est proposée. Les commissaires de La chute ont proposé à DARE-DARE un projet en deux temps où dix artistes québécois se rendent à Bogota et où DARE-DARE accueille quatre artistes colombiens. Les artistes colombiens présenteront des performances et des interventions dans la ville de Montréal, tandis que, simultanément, l’espace de galerie accueillera une exposition de la totalité des documents photographiques des actions colombiennes et une table ronde avec Susan Douglas, Patrice Loubier, Sonia Pelletier et María del Carmen Suescún.

Ainsi, le collectif veut réfléchir et questionner la position de l'artiste face à sa culture, face à sa société, face à sa nature. La responsabilité de l'artiste peut aussi passer par une conscience plus ancrée dans le réel. Hannah Arendt (Condition de l'homme moderne) parle d'un retour au monde: «C'est par le verbe et l'acte que nous nous insérons dans le monde humain, et cette insertion est comme une seconde naissance dans laquelle nous confirmons et assumons le fait brut de notre apparition physique originelle» (p.233). Le concept de la chute permet de figurer les rapports innommables entre la conscience et la force de la gravité, au sens strict et large du mot. Et, bien sûr, l'action de tomber préconise également l'esprit de savoir se relever.

La pertinence du concept de la chute réside en sa simplicité et sa souplesse sémantique. C'est le concept fondamental qui sous-tend le projet et plus spécifiquement l’aspect commissarial de l’événement La chute: corps poétique/corps politique.

Le collectif a invité des artistes colombiens et canadiens préoccupés par des questionnements de cet ordre à participer à un échange qui rassemble le centre d'exposition du Museo de Arte de Universidad Nacional (Bogotá, Colombie) et DARE-DARE, Centre de diffusion d’art multidisciplinaire de Montréal. Les artistes sélectionnés utilisent tous, d'une manière ou d'une autre, la métaphore de la chute de l'artiste en espace public dans leurs préoccupations artistiques.


Voir aussi