MENU

Satellite - Détroit

23 septembre 2011 - 17 octobre 2011
Sous-événements :
22 septembre 2011
DARE-DARE À DÉTROIT
26 septembre 2011
3,2,1, ZÉRO... c’est parti !
27 septembre 2011
JASON BOTKIN •EN MASSE•
28 septembre 2011
Communauté de Corktown
29 septembre 2011
ADRIAN BLACKWELL
30 septembre 2011
TEXTURES
4 octobre 2011
JASON BOTKIN •EN MASSE•
7 octobre 2011
Qu'as-tu dans le ventre mon cowboy ?
9 octobre 2011
PORTRAITS
11 octobre 2011
DOUGLAS SCHOLES
13 octobre 2011
ORBITE_DETROIT
19 octobre 2011
CAPSULES VIDÉO
21 octobre 2011
LOUIS AGUILAR

À Détroit, c'est sur le terrain de l'organisme artistique The Imagination Station que DARE-DARE a pu amarrer son quartier général dans une roulotte de chantier louée pour l’occasion.

The Imagination Station est un projet à but non lucratif fondé à l'été 2010 par Jerry Paffendorf et Mary Lorene Carter. Sa mission initiale était d'établir un campus créatif à Detroit; pour réfléchir et poser des gestes innovants sur la communauté, la technologie, la durabilité et les arts.

Les quartiers généraux de The Imagination Station, situés sur la 14ème Avenue, sont installés dans deux propriétés abandonnées (datant de 1890 à 1900) et sur terrain vacant adjacent. Le site fait face à Roosevelt Park et au célèbre Michigan Central Station dans le quartier de Corktown à Detroit. Les deux propriétés ont été achetées par des investisseurs privés à l'issue d'une levée de fonds. Le travail de re-développement a été soutenu par des bénévoles.

Douglas Scholes, Jason Botkin, et Louis Aguilar ont été sélectionnés pour l'excellence de leur pratique et pour leur habileté à concevoir des œuvres éphémères dans l'espace public, à la fois critiques et touchantes. Adrian Blackwell a été invité pour faire une conférence sur les transformations démographiques, les procesus d'exodes des populations et les grands changements urbanistiques qu'a connu Detroit dans la seconde moitié du XXe siècle.

SATELLITE est une entreprise extraordinaire de réseautage à travers laquelle à la fois DARE-DARE et les artistes participants ont pu créer des liens professionnels avec des artistes, des institutions et des organismes culturels américains. Ceci, notamment avec les organismes suivants : le centre d'artistes 555 Gallery, The Heidelberg Project, Pop Up Detroit, Border Bookmobile et le Detroit Collaborative Design Center lors de cette première escale, dans la plus grande ville du Michigan.

DARE-DARE a invité Louis Aguilar, un artiste professionnel de la communauté locale, afin d'optimiser l'ancrage aux réalités du contexte spécifique de cette ville, de susciter l'intérêt des communautés artistiques locales et de favoriser un échange stimulant, permettant de mieux saisir en quelques jours les grands enjeux actuels de cette ville hôte.

Pendant ce temps, à Montréal, une programmation régulière était mise en relais avec celle diffusée à l'étranger, notamment par le truchement des soirées festives ORBITE, le 13 octobre au Bain Mathieu (en duplex avec DETROIT) et le 12 novembre à l’Église St-Édouard (en duplex avec TIJUANA). Ces deux événements offraient au public montréalais une vitrine exceptionnelle sur l'expérience et les interventions des artistes participants de SATELLITE. Il était également possible de suivre cette grande aventure par le biais du site Web et du blogue qui était mis en ligne à ce moment.

_______________________________

À l'âge de 16 ans, Louis Aguilar a été officiellement déclaré «incorrigible» par les administrateurs catholiques de St-Hedwig High. Depuis, Louis Aguilar a ardemment essayé d’honorer ce titre. Journaliste lauréat de plusieurs distinctions, il rédige régulièrement des chroniques au Washington Post pour le Denver Post. Il a dirigé brièvement le Cruzando Fronteras Film Festival à Washington, D.C. et a été consultant à la Smithsonian Institution sur la culture Latino. Depuis 2004, il contribue à raconter la nature épique de sa ville natale pour The Detroit News. En 2009, il a écrit Long Live the Dead: The Accidental Mummies of Guanajuato, un livre sur la relation complexe d'une ville mexicaine avec 112 de ses citoyens momifiés.

Adrian Blackwell est artiste visuel, architecte et designer urbain, et ses travaux traitent du développement inégal de l’urbanisation postfordiste. Durant l’hiver 2010, la Hart House de l’University of Toronto fut le site de son installation Model for a Public Space [knot]. Il a également collaboré à la conception du Roof Garden de l’hôtel de ville de Toronto, inauguré en mai 2010. En 2009, il a conçu et construit Dymaxion Sleep en collaboration avec Jane Hutton dans le cadre du Festival international de Jardins de Métis. Il est membre de la Toronto School of Creativity and Inquiry et du comité éditorial de la revue SCAPEGOAT Architecture/Landscape/Political Economy qu’il a fondé. Il enseigne l’architecture et le design urbain à l’University of Toronto depuis 1997, et a été professeur invité à la Chongqing University et à l’University of Michigan.

Jason Botkin (Denver, Colorado, 1974) est le co-créateur et co-directeur d’EN MASSE. Diplômé de l’Alberta College of Art and Design avec une spécialisation en dessin, Botkin a exposé au Canada, aux Etats-Unis et en Europe. Il a exposé, en solo et en groupe, au Canada, aux États-Unis et en Europe. Deux expositions solo accompagnées de catalogues lui ont été consacrées à la Galerie Pangée, [TRANS]FORMATIONS (2008) et Last Minute (2010). Il vit et travaille à Montréal.

Douglas Scholes est né à Montréal. Durant la période de changements économiques et sociaux de l'époque, sa famille quitte la ville pour s'installer à Barrie, en Ontario. Plus tard, Scholes déménage sa propre famille à Lethbridge, en Alberta, où il complète un baccalauréat en beaux-arts à l'Université de Lethbridge (1999). Précédemment, il a été impliqué dans diverses professions, notamment la cuisine institutionnelle où il a été en mesure de combiner ses penchants artistiques avec la logistique de la mise en place et de l'ordre, ainsi que la construction de maisons, alors qu'il élevait sa famille. Il arrive ensuite à Montréal et complète ses études supérieures en arts plastiques à l'Université du Québec à Montréal (2001) alors qu'il travaille à la Galerie de Bellefeuille - à nouveau combinant le pragmatique (marché de l'art) et ses intérêts artistiques. Depuis l'obtention de sa maîtrise, il poursuit sa pratique sculpturale, performative et installative dans le cadre de présentations et d'expositions au Canada, en France, en Irlande et en Pologne. Scholes est un cinquième du collectif artistique CRUM (Centre de recherche urbaine de Montréal).

   calq_1.png (large - 800 x 800 free)                               nb_logo_cam.jpg (large - 800 x 800 free)                                       logo_imagination_station.jpg (large - 800 x 800 free)


Projets antérieurs


5 août 2011
GRAF' Roulotte
2 juin 2011
Dominique Sirois
1er mai 2011
Noémi McComber
13 avril 2011
Damien Beguet